L'huile de chanvre est un produit populaire et naturel qui est largement utilisé dans les efforts pour apaiser une variété de maux physiques et mentaux. Toutefois, son principal ingrédient, le cannabidiol (CBD), pourrait soulever quelques questions pour les nouveaux utilisateurs. L'une des préoccupations que nous entendons le plus souvent est que les consommateurs pourraient éventuellement développer une tolérance à l'huile de CBD. Mais si nous examinons les recherches, c'est surtout le contraire qui pourrait être vrai : 

Tolérance aux substances

On parle de tolérance lorsque votre corps s'habitue à une certaine substance en raison d'une utilisation régulière et sur le long terme. Bien qu'il existe évidemment des exceptions, la plupart des gens développent une certaine tolérance à l'égard de l'utilisation de certaines substances. Il faut en être conscient, surtout lorsque l'on prend des médicaments lourds, comme certains analgésiques. Le risque de tolérance à ces médicaments est élevé et peut même conduire à une dépendance - avec toutes les conséquences que cela implique. 

Le cannabidiol (CBD), comme de nombreux médicaments, est largement utilisé pour soulager et traiter diverses affections, allant de la douleur physique à la détresse mentale et pour améliorer le bien-être général de millions de personnes dans le monde. Mais avec la popularité croissante des cannabinoïdes dérivés du chanvre comme remède naturel, on constate également un intérêt croissant pour cette substance de la part des " néophytes". Des personnes qui ont souvent essayé de traiter leurs maux avec des médicaments et qui ont échoué - ou n'étaient peut-être pas satisfaites des effets secondaires et/ou de la possibilité de développer une tolérance. Logiquement, certains de ces patients partagent les mêmes préoccupations concernant l'huile de CBD, ce qui les incite à ne pas l'essayer. Mais est-ce vraiment juste ?

Recherche sur la tolérance au CBD

Car si les recherches sur le CBD sont relativement rares, il existe certaines données scientifiques concernant la sécurité du Cannabidiol dans ce domaine. Comme le montre une recherche brésilienne de 2011 : "Lors d'une recherche sur le CBD effectuée sur des humains, l'utilisation de la substance n'entraîne aucun effet secondaire. Ni à des doses aiguës ni à des doses chroniques, et la tolérance au CBD n'a pas augmenté". Montrant qu'avec l'utilisation aiguë et chronique du Cannabidiol, il n'y avait aucun signe d'augmentation de la tolérance à cette substance. 

Tolérance inversée au CBD

En fait, si nous regardons un peu plus loin, c'est peut-être le contraire qui se produit. Les chercheurs d'une étude de 2017, qui a passé en revue 132 études de recherche différentes sur le CBD, ont conclu que "les fonctions psychologiques et psychomotrices n'étaient pas influencées négativement". Il en va de même pour le fonctionnement du système digestif et la faim, selon les auteurs de l'étude. L'utilisation chronique et des doses élevées allant jusqu'à 1500 mg par jour ont été démontrées à plusieurs reprises comme étant bien tolérées par les humains", résument-ils. 

Étonnamment, ces chercheurs ont également découvert la possibilité de développer une tolérance inversée pour le CBD. Cela signifie qu'au lieu d'avoir besoin d'une plus grande quantité de la substance pour les mêmes effets, on y devient plus sensible. Une chose qui s'est avérée impossible avec l'utilisation d'un autre cannabinoïde : le tétrahydrocannabinol (THC). Ce dernier se lie directement aux récepteurs de notre système endocannabinoïde (SEC). 

Lire également: ‘Comment fonctionne le CBD: le système des endocannabinoïdes (SEC) expliqué

Par conséquent, c'est aussi une raison pour les scientifiques de croire que le Cannabidiol ne peut pas provoquer une tolérance au sein du corps. Après tout, le CBD ne se lie pas à ces récepteurs de la même manière que le THC. En fait, contrairement au THC - qui se lie directement aux récepteurs CE - le CBD est connu pour stimuler l'activité de ces récepteurs, afin d'améliorer la façon dont ils traitent les substances de signalisation de notre corps. Ainsi, l'utilisation de l'huile de CBD pourrait entraîner une sensibilité accrue à ces neurotransmetteurs, avec pour conséquence une "tolérance inversée" pour l'ingrédient. Cela signifie qu'au bout d'un certain temps, vous pourriez en avoir moins besoin pour obtenir les mêmes effets qu'avant. 

Diminuer la tolérance accumulée

Cela ne signifie évidemment pas nécessairement que c'est également vrai dans votre cas. Car même si nous ne l'avons pas encore trouvé dans un document de recherche, cela ne veut pas dire qu'il est impossible d'établir une tolérance à l'huile de chanvre avec le Cannabidiol. De plus, chaque personne réagit différemment aux cannabinoïdes du chanvre, en raison de notre composition biochimique unique. Il y a donc place pour ce type d'expériences personnelles et uniques avec la substance végétale. 

Ainsi, lorsque vous pensez avoir acquis une tolérance à l'huile de CBD, nous vous recommandons de faire une petite pause. Souvent, il suffit de s'abstenir d'utiliser de l'huile de chanvre pendant 48 heures à une semaine pour que le corps se "réinitialise". C'est également notre recommandation lorsque vous pensez que le CBD ne fonctionne pas ou ne vous aide pas du tout. 

Comme nous l'avons décrit précédemment dans : ‘C'est ainsi que vous saurez si l'huile de CBD vous convient vraiment !’ : "... lorsque vous arrêtez de consommer des compléments alimentaires à base de chanvre, votre corps peut retomber dans son état d'avant la maladie après quelques jours. Cela vous rappelle ce que vous avez ressenti et vous donne l'occasion de calculer quels sont les avantages exacts de cette substance pour vous. Ensuite, lorsque vous recommencerez à en prendre, il y a de fortes chances que vous soyez beaucoup plus conscient de la façon dont l'huile de CBD fonctionne vraiment pour vous... 

Avez-vous déjà développé une tolérance (inversée) à l'égard du CBD ? Faites-le nous savoir dans les commentaires ci-dessous !