Processus de production d'huile de CBD

Produire une bonne huile CBD n'est pas aussi facile qu'il n'y paraît. En effet, de nombreux aspects peuvent avoir un impact sur le produit final au cours du processus de production. Dans cet article, nous en apprenons davantage sur la culture, la récolte et le traitement du chanvre pour l'huile CBD, et nous jetons un coup d'œil dans la cuisine (ou dans la ferme) de DNH. Découvrez pourquoi notre huile CBD - et d'autres compléments de chanvre - sont de qualité supérieure par rapport à beaucoup d'autres marques :

Processus de production d'huile de CBD

1. Semences - Semer les plantes de chanvre pour l'huile CBD

Pour commencer, il est très important de savoir exactement où vous allez semer vos plantes. En effet, le chanvre est connu pour absorber tout ce qui se trouve dans le sol où il pousse, notamment les substances qui peuvent être nocives pour les humains et les animaux. Étant donné que nous sommes sur le point de fabriquer un complément alimentaire concentré à partir de notre matériel végétal, il est de la plus haute importance d'avoir un champ digne de confiance.

Mais il est également important de savoir quelle est la distance entre le champ et le séchoir. Les feuilles qui ont été meurtries pendant la récolte ne peuvent pas être conservées longtemps. En effet, elles commenceront immédiatement à se composter et à s'écailler, ce qui gâchera complètement la récolte. De plus, la récolte se fait à l'aide de machines lourdes qui ne peuvent accéder à la route - vous devrez donc en tenir compte au préalable.

Bien entendu, il est également essentiel de choisir la bonne variété de chanvre pour l'huile CBD que vous souhaitez obtenir. Cela demande beaucoup de connaissances et d'expérience, car les variétés de chanvre peuvent varier énormément. Ce qui varie également, c'est l'accessibilité de certaines variétés par pays / région. Toutes les variétés ne sont pas autorisées à être cultivées partout. Vous devrez également tenir compte du rapport CBD-THC de la plante. Les extraits avec un faible taux de CBD ne sont pas rentables et les extraits avec trop de THC d'autre part ne peuvent pas être utilisés non plus. Notre chanvre est cultivé en Allemagne, où nous préférons fortement les cultivars de chanvre (ici légaux) : finola, ferimon et felina.

La dernière étape cruciale dans le semis du chanvre pour l'huile CBD est l'espace que vous accordez à chaque plante. Si vous les plantez trop près les unes des autres, les plantes se feront concurrence pour la lumière du soleil. Elles deviendront alors très hautes - ce qui demande beaucoup d'énergie - et la plante formera moins de fleurs. Alors que c'est exactement ce dont nous avons besoin pour produire une bonne huile CBD.

2. La culture - Le processus de culture du chanvre

La culture du chanvre cause beaucoup de stress, mais ne coûte pas du tout d'énergie. Car le chanvre n'a pas besoin de grand-chose pour survivre. Pas de pesticides ni d'engrais, seulement de l'eau de pluie et de l'eau souterraine. Ce n'est que lors de rares sécheresses que nos agriculteurs décident de donner de l'eau supplémentaire, mais le plus souvent ils décident de laisser la nature suivre son cours.

Compte tenu de notre expérience agricole et de notre affinité avec la nature, nous savons exactement ce qui est important pour la germination des graines de chanvre et la culture de la plante pour l'huile CBD. De ce point de vue, nous sommes chaque fois surpris de voir le pouvoir de germination des graines de chanvre. C'est incomparable à toute autre plante.

Si le temps le permet, les graines seront mises en terre le jour du poisson d'avril - et ce n'est pas une blague. Pendant les premiers mois, la plante se développe extrêmement vite en surface, tandis que les racines et le rhizome se forment sous terre. Ce n'est que durant les derniers mois de la phase de croissance que la plante femelle forme ses fleurs et que la plante mâle forme son pollen. Pendant cette phase, il est crucial que les plantes reçoivent suffisamment de lumière du soleil. Si ce n'est pas le cas, la récolte peut être assez décevante. C'est aussi de là que viennent notre stress et nos inquiétudes annuelles, sachant que nous n'avons qu'une seule chance par an de semer et de cultiver du chanvre en Europe du Nord.

3. Tester - Analyser quels plants de chanvre sont suffisamment bons

Les dernières semaines de la phase de croissance et de floraison sont pour nous le moment idéal pour cartographier nos champs de culture et prélever des échantillons. Ces échantillons de chanvre sont envoyés à notre propre laboratoire, où nous analysons quelles plantes sont suffisamment bonnes pour être récoltées et transformées en nos produits CBD.

Chaque plante de chanvre à l'air libre, où qu'elle soit dans le monde, absorbera les pesticides, les métaux lourds et autres substances nocives du sol et de l'atmosphère. Après tout, c'est l'une des caractéristiques de la plante - et aussi son piège lorsque vous envisagez de fabriquer des aliments à partir de cette plante. En effet, dès que vous concentrez les composants utiles de la plante, vous vous retrouvez également avec des pourcentages plus élevés de ces substances nocives dans votre concentré.

En ayant une bonne compréhension des parties de certains champs qui présentent des concentrations élevées de ces substances, qui pourraient nuire à notre santé à un stade ultérieur, nous évitons la production d'extraits qui s'avèrent finalement impropres à la consommation humaine et qui doivent donc être détruits. Cela a non seulement un effet positif sur nos coûts de production, mais cela garantit également à nos clients qu'ils achètent un produit sain, conforme aux normes de qualité les plus élevées.

4. Récolte - Récolte du chanvre pour l'huile CBD

Quand vient le moment de la récolte, il est important de savoir à l'avance comment et quand on veut s'y prendre. Va-t-on utiliser la moissonneuse-batteuse John Deere X9 et tout retirer de la terre en une seule fois, y compris les fibres de chanvre ? Ou utilisera-t-on le tracteur avec une faucheuse à disques pour n'enlever que les fleurs ? Car dans ce dernier cas, il est possible de faire une deuxième récolte si le moment et le temps sont favorables.

Durant cette méthode de récolte, la plante de chanvre reste en haut et utilise toute sa dernière énergie pour faire pousser de nouvelles fleurs. En effet, une faucheuse à disques ne coupe que les 35 cm supérieurs de la plante et les jette sur un tapis roulant. Ce tapis charge ensuite la plante dans le camion de récolte, après quoi la matière première non traitée (biomasse) est transportée vers l'installation de séchage.

Le moment idéal pour la récolte ne dépend pas de la météo, mais plutôt de l'odeur et de la quantité - visible et sensible - de trichomes sur les fleurs. Les trichomes sont les boules de cire collantes des bourgeons de cannabis et de chanvre qui contiennent la majorité des ingrédients actifs. De ce point de vue, on peut dire que le cannabis ressemble beaucoup au chanvre, car ils peuvent tous deux produire un arôme étonnant et être très collants.

Ces dernières années, DNH a choisi de ne récolter que tard dans la saison. Cela garantit que nos extraits - et les produits de consommation - contiennent une variété beaucoup plus grande de cannabinoïdes et des concentrations plus élevées de terpènes ; nous en avons fait l'expérience. Et plus il y a de cannabinoïdes et de terpènes, meilleur est l'effet de l'huile CBD. Ce phénomène est appelé l'effet d'entourage et est d'une grande importance pour la qualité de l'huile de chanvre.

5. Séchage - Séchage de la récolte pour la production

Outre la culture et la récolte, il est également important de savoir à l'avance comment vous comptez faire sécher votre récolte. Un séchoir à charbon, par exemple, utilise la chaleur de la combustion directe. Cela signifie qu'il séchera rapidement votre matériel végétal, mais qu'il libèrera probablement une forte concentration de HAP sur le matériel végétal. Cela rend toute la récolte impropre à la consommation humaine, car les HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) sont extrêmement cancérigènes. Cela vaut d'ailleurs pour tous les séchoirs utilisant la chaleur directe.

Mais le séchage à la chaleur présente un autre inconvénient. En effet, le moindre changement de température entraîne déjà l'évaporation des terpènes les plus volatils. Tout en provoquant d'autres processus chimiques dans la biomasse qui diminuent la qualité du produit final.

Pour obtenir les meilleurs résultats, le chanvre pour l'huile CBD est donc séché indirectement à l'aide d'échangeurs de chaleur. Ainsi, la biomasse de DNH n'est pas séchée à la chaleur, mais plutôt à l'aide de séchoirs à air grâce à nos agriculteurs intelligents et orientés vers les solutions. Sans chaleur, nous garantissons que la puissance de notre biomasse n'est pas affectée.

6. Stockage - Stocker le chanvre pour une utilisation ultérieure

La matière séchée est immédiatement emballée avec de l'azote dans de grands sacs, pour être ensuite stockée dans un endroit sombre et frais de notre entrepôt. Cela permet de maintenir le produit stable et d'éviter la perte de terpènes pendant le stockage de ces matières premières. De plus, cela empêche les cannabinoïdes de s'oxyder, et de se transformer en CBD-Acide, par exemple.

7. Transport - La biomasse est transportée vers l'usine d'extraction

En fonction des besoins de nos clients et de la demande d'huile CBD, nous transportons notre biomasse du stockage à l'usine d'extraction. Tout en veillant à ce que la qualité ne soit en aucun cas affectée. Nous utilisons suffisamment de matériel d'emballage protecteur pour éviter que le matériel ne soit meurtri et que d'autres influences externes n'aient un impact sur la qualité du matériel.

8. Extraction - Extraction au CO2 pour une extraction propre du CBD

Dans l'usine d'extraction, la plupart de nos extraits sont obtenus par une méthode super critique au CO2. Il s'agit d'une technique populaire utilisée pour séparer les cannabinoïdes et autres substances utiles du matériel végétal, ce qui permet d'obtenir un extrait propre. Le matériel végétal est exposé à un gaz dans un système en circuit fermé, ce qui permet d'extraire les cannabinoïdes et les terpènes (entre autres) du matériel végétal. 

Ensuite, les extraits sont à nouveau testés sur leur puissance et leur contenu exact dans l'usine. Ainsi, nous savons exactement, au microgramme près, ce que contient l'extrait de chanvre. Ce n'est que lorsque les extraits sont conformes à toutes les lois et réglementations - et ne contiennent pas trop de THC, par exemple - qu'ils sont libérés afin que nous puissions les traiter dans notre usine de production de CBD certifiée ISO.